Eh, t'es où là !!

somewhere…

Laos

Arrivé à la frontière Laosienne, une pirogue suffit pour traverser le Mékong et entrer au Laos dans le petit village de Huay Xai. Rien de très intéressant ici,si ce n’est la vue sur le Mékong et les montagnes thaïlandaises. Un bus par jour en direction de Louang Namtha (ma prochaine destination) et bien entendu il est déjà parti, me contraignant à stagner une journée dans ce petit bourg.

Louang Namtha est un petit village limitrophe avec la Birmanie à l’ouest et la Chine au nord, intéressant pour l’éco-tourisme, trekking, paysages de montagne et minorités ethniques. Je n’y ferai ni trekking, ni tour touristique, juste une mobylette et 4 litres d’essence et je pars a la découverte de ces routes de montagnes entrecoupées de dizaine de petits villages de bambou. Quoique très accueillant, je ne me permettrai pas de prendre beaucoup de photo des Hmong (communauté ethnique vivant dans le nord du Laos).
Après la campagne, je me dirige vers la ville de Luang Prabang, 300km au sud,effectues en 11 heures de bus! Oui ici on est loin de l’efficacité Thaïlandaise quant au transport! Pas de chemin de fer, juste des routes de montagnes défoncées et/ou en travaux. Pas toujours simple mais ca fait parti du voyage. Que dire de Luang Prabang? « Classée en 1995 au Patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO, Luang Prabang est l’une des plus jolies villes d’Asie, des plus préservées aussi grâce à la présence de la Maison du Patrimoine qui veille à la sauvegarde de la vieille ville ». Elle garde, notamment par son architecture, un style très français. Et pas seulement puisque on n’y trouve aussi de nombreux restaurants français et boulangeries françaises. Ce fut un plaisir de trempe un bon pain au chocolat dans un vrai café au lait au p’tit déjeuné;)! Tout les soirs, le marché nocturne se met en place et s’anime dans la rue principale du vieux quartier. C’est un vrai plaisir de s’y promener. Ici, a la différence des marchés du même genre en Thaïlande, ou vous êtes a longueur de temps, accosté, racolé, « agressé », attrapé et arrêté par le bras pour tacher de vous vendre tout et n’importe quoi un a un prix même pas européen,ici au Laos, c’est la laisser-faire attitude, Vous pouvez marcher, vous arrêter,regarder dans le plus grand calme et la plus grande clairance (ou presque). Ici on est zeeennn!
Je profiterai aussi de mon séjour à Luang prabang pour assister à un théâtre asiatique dont l’histoire paraissait intéressante. Une princesse prisonnière d’un dragon rouge que le grand seigneur du royaume veut sauver… et blablabla et blablabla. Bon je déconseille… il s’agissait en réalité d’un théâtre dansant,sans texte, sur une musique des plus monotone, ou des adolescents pré-pubères masqués, s’adonnent a une danse asiatique des plus douteuse, le tout dans une chorégraphie à chier!! A mourir d’ennuis. Quand je pense qu’ils m’en ont demande 10dollars…
Les paysages environnants, comme les fameuses cascades de Kuang Si, à une trentaine de kilomètres de la ville sont magnifiques. L’eau de la cascade glisse sur un environnement calcaire, ce qui la rend particulièrement belle,d’un bleu presque turquoise, réalisant plusieurs piscines naturelles, dont quelques unes sont autorisées à la baignade. Ce qui en raison de la fraicheur de l’eau est vraiment le bien venu.

Apres ces quelques jours passes « a la française », je me dirige vers la ville de Vang Vieng bordée par la rivière Nam Song. La ville qui n’apourtant rien de tres intéressant a su profiter de son cadre géographique pour attirer un tourisme jeune, venant pratiquer le tubing. Qu’est ce que le tubing? Rien de plus simple, il suffit de poser son cul dans une grosse bouée et de se laisser redescendre la rivière s’arrêtant à tous les bars en bord de rive…Les bars étant nombreux, chaque année, des personnes se noient, ivre mort avant d’arriver a la fin du circuit lol!! Néanmoins, enchâssées dans un environnement montagneux, les paysages y sont impressionnants et magnifiques. Je n’y resterai qu’une journée, le temps de quelques clichés. Même pas de tubing… ouuuhhhh!!

Vientane, la capitale.
Je dois admettre que je m’attendais à une capitale dans toute sa splendeur. Dynamique, active, nocturne, un trafic saturé et une architecture imposante,mais pas du tout, Vientiane est calme, paisible et sans trop d’intérêt mis apart, encore et toujours… les temples et autres monuments religieux. Mais la,je dois admettre que j’ai eu ma dose en Thaïlande (sans compter que Luang Prabang en compte quelques un aussi, dont celui en haut de la colline en plein centre ville offrant un vue admirable notamment lors du coucher du soleil). Bref une fois les principales visites terminées, je passerai de nombreuses heures dans cette exceptionnelle brasserie Belge, avec un personnel ultra sympathique…pfff rien de meilleur!! La bière belge y coule a flot, on y mange de délicieuses moules marinières… bref a ne surtout pas manquer!!!! (Petit clin d’œil à Dylan et Vincent qui, s’ils lisent ce post, se reconnaitront). Mes pensées les plus alcooliques et les plus gourmandes m’assaillent jour et nuit pour me contraindre à y retourner… c’est décidé en juillet, j’y serai!!

De prime abord, je souhaitais remonter vers le nord afin de traverser la frontière avec le Vietnam et aller visiter la ville historique de Dien Bien Phu, ou les vietnamiens ont gagné leur indépendance face au colonialisme français. De ce fait, je commence mon ascension en m’arrêtant à Thalat. Je crois être l’unique touriste dans ce petit bourg, pourtant non sans intérêt. A quelques kilomètres de la, un immense lac, parsemé de petits ilots rocheux baignant dans une légère brume, offre un vue splendide.

Pour conclure, je commencerai par répéter que pour parcourir 300km au Laos, dix heures minimum sont nécessaires. En d’autre terme, de Thalat je me trouve vraiment loin de la frontière nord avec le Vietnam, et aucun bus ne propose un trajet direct, ce qui m’aurait oblige à faire de nombreux stops avant de l’atteindre. Fatigue de toutes ces heures en bus, et ne souhaitant pas mettre une semaine pour retraverser le pays vers la pointe nord, je laisserai tomber Dien Bien Phu et joindrai directement Hanoï depuis Vientiane en 26 heures de bus, assis à l’arrière, sur un siège non inclinable. A ma gauche, gozilla, un anglais de 150 livres dont la grande majorité de la cuisse droite a littéralement annexée mon siège et a ma droite, un anglais (maigre forte heureusement),insomniaque débitant 300 mots a la minute… bref le trajet fut long!! Plus jamais je ne retenterai l’expérience, maintenant, je me paie le luxe d’un bus couchette pour les grands trajets.

Me voila à Hanoï – Vietnam


About The Author

Seb

Comments

Leave a Reply


Video & Audio Comments are proudly powered by Riffly