Eh, t'es où là !!

somewhere…

Australie, suite et fin…

Voila maintenant quelques temps que je n’ai pas pris le temps d’ecrire, non pas faute de temps ou de connexion, mais plus faute d’envie…

Je serai donc bref pour vous raconter ces dernieres semaines au pays d’Oz.
Un fois arriver a Erlduda, je retrouve Frank et compagnie avec qui nous partons a la conquete d’Uluru, ce symbole sacre aborigene, tranforme en symbole australien par de nombreuse  brochures touristiques.
Mais voila pour nous autres occidenatux agnostiques, la verite est bien moins impressionante que les photographies comme souvent malheureusement. Uluru n’est qu’autre qu’une grosse formation rocheuse en gres rouge au milieu du desert. Neanmoins en raison de ces particularites, les differentes couleurs qu’il peut prendre, surtout durant le coucher du soleil, il est classe au patrimoine mondial de L’UNESCO.

Selon les Anangu autochtones d’Uluru : (reference wikipedia)

« Le monde était autrefois informe. Aucun des lieux que nous connaissons n’existait jusqu’à ce que des créateurs, sous la forme d’humains, de plantes ou d’animaux, voyagent au travers de la terre. Alors, dans un processus de création et de destruction, ils formèrent les paysages que nous connaissons aujourd’hui. La terre des Anangu est toujours habitée par les esprits de douzaines de ces créateurs ancestraux qui sont appelés Tjukuritja ou Waparitja. »

Il existe différentes interprétations données par les étrangers aux histoires ancestrales aborigènes concernant l’origine d’Uluru, de ses failles et de ses fissures. Il aurait été bâti au Temps du rêve (Tjukurpa). Son isolement dans la plaine et la violence des orages que sa masse attire en font un lieu de référence mythique. Une de ces interprétations avance que :

« Uluru fut érigé au cours de la période de création par deux garçons qui jouaient dans la boue après la pluie. Lorsqu’ils eurent fini de jouer, ils voyagèrent en direction du sud vers Wiputa. Se battant l’un contre l’autre, ils se dirigèrent vers le mont tabulaire Conner, au sommet duquel leur corps sont préservés sous forme de rochers. »

Une autre interprétation parle de serpents qui menèrent de nombreuses guerres autour d’Uluru, entaillant la roche, tandis qu’une autre encore raconte que deux tribus d’esprits ancestraux, invités à une fête mais distraits par la beauté de la Femme Tiliqua manquèrent à leurs engagements ; en réponse, les hôtes en colère invoquèrent le Mal dans une statue de boue qui vint à la vie sous la forme d’un dingo. Une grande bataille s’ensuivit, qui se conclut par la mort des chefs des deux tribus. La terre elle-même se souleva en affliction face à ce carnage, créant ainsi Uluru. Il est le lieu central des croyances des Anangu, pour qui le serpent arc-en-ciel Yurlungur dort dans l’un des bassins du sommet. Tout autour de ce rocher, de nombreux sites sont sacrés et porteurs de mémoire et de légendes.

L’ascencion d’Uluru est autorise, meme si nombreux sont les avertissements la deconseillant. En effet, ce site resence chaque annee plusieurs morts ayant glisses et chutes, et deuxiement Uluru etant un lieu aborigene sacre, grimper a son sommet est considere comme une profanation apportant le mauvais oeil.
Plus curieux qu’irrespectueux, nous ferons donc comme beacoup de touristes… nous montons au sommet, et croyez moi… cette vue sur l’immensite du desert, combine a un fort vent, reste quelque chose d’impressionant.

Pour la suite, nous nous rendons dans le parc national de Warrtaka, pour une marche dans le Kings Canyon. Deux randos s’offrent a nous, nous choisirons de monte sur la crete du canyon pour apprecier la vue depuis le haut. Le debut de la rando commence par une terrible montee, surnommes « la montée des infarctus » en raison de sa difficulte. Vue d’en haut la vue est magnifique.

Prochaine etape: Alice Spring.
Cette petite bourcade au centre de l’australie fut une veritable aimant! Pourquoi me demanderez-vous?
Il n’y vraiment pas grand chose a faire ici, notre idee etait de partir depuis ce point central et traverse en 4×4 le desert jusqu’a Perth, environ 1000km de piste avant de retrouver les premieres routes asphaltees. Mais voila, de la, a commencer une interminable suite d’evenements facheux nous contraingnant chaque fois a retourner chez cette chere Alice… au menu creveson a trois reprises, moteur qui chauffe, fuite d’huile, axe arriere pete…bref a croire que l’ascencion du Mont Uluru, nous a vraiment apporte la guigne! Au final, ont choisira de prendre les routes cotieres, 3 jour et 2 nuits pour rouler 4200km en une seule fois… la voiture ne roulant qu’entre 70 et 90km/h…

Un safari 4×4 et ses aleas…. sympatique mais malheusement extremement couteux…beaucoup trop a notre gout!!

Je me trouve auhourd’hui a Perth, dans l’attente de mon depart vers bangkok le 13 avril!


About The Author

Seb

Comments

Leave a Reply


Video & Audio Comments are proudly powered by Riffly